Lorelei Photographie | Almost Out

Quel projet ?

« J’aimerai bien être en photo, là, devant vous, mais c’est dangereux. »

C’est l’idée de base : un projet photographique autour du besoin d’anonymat que ressentent beaucoup de personnes LGBT+, à cause des nombreuses violences (physiques, psychologiques, verbales, médicales, sociales, économiques, …) auxquelles elles doivent faire face (au travail, dans leur famille, dans la rue, auprès des institutions, …). J'en ai fait une exposition itinérante, afin que ces photos puissent toucher des personnes de différents publics, qui ne fréquentent pas le même genre de lieux.

Pourquoi ce projet ?

Ces dernières années, j’ai été très touchée par les violences envers les LGBT+. Je pense évidemment aux attentats du 12 juin 2016, à Orlando. Je pense aux affiches avec des couples gays sur la prévention du SIDA, déchirées dans certaines villes françaises, interdites dans d’autres, en novembre 2016. Je pense aux agressions envers les personnes transgenres, et c’est difficile, de savoir qu’il y en a eu à quelques rues de chez moi en 2018.

Je pense aux personnes qui portent des masques aux marches des fiertés pour protéger leur anonymat, par peur des photographes. Je pense à toutes ces personnes qui se cachent, que ce soit pour leur sécurité physique ou psychologique, que ce soit tout le temps ou seulement dans certains contextes.

J’avais envie de faire quelque chose – d’artistique, de positif j’espère – qui reconnaisse cette peur.

Avec qui ?

Les concerné-e-s. Des personnes seules ou à plusieurs, qui ne rentrent pas dans le cadre des relations cis-hétéro-monogames – même si elles peuvent en avoir l’air – et qui ont envie d’être photographié-e-s.

Comment ?

J’ai, pour chaque photographie, d’abord discuté avec la personne de son rapport à son identité et à son anonymat : comment se définit-elle, se cache-t-elle, si oui dans quels contextes, de quelles manières et pour quelles raisons ?

En fonction des réponses, le témoignage de la personne a trouvé sa place au sein de l’un de sept triptyques : il y a toujours trois photos qui vont ensemble. Ceux-ci dévoilent graduellement de plus en plus les personnes photographiées. On commence avec de simples silhouettes noires dont on ne voit que la forme ; puis l’on devine des personnes cachées derrière des rideaux ou dans le décor ; d’autres encore ne cachent que leur visage, coupé par le cadre de l’image ou camouflé derrière un objet ; les suivantes ont choisi de se placer de dos, et enfin certaines se dévoilent plus frontalement à travers des jeux de miroir.



Flux RSS de l’album RSS Feed | Archives | Galerie gérée par ZenPHOTO